Batiment hall entrée ESB

Robin, ingénieur double diplômé en construction bois ESB, France / BFH, Suisse

Robin Oberlé a obtenu son diplôme d’ingénieur de l’ESB en complément de son Master en technologie du bois de la Haute école spécialisée bernoise en Suisse (BFH). Il est le premier étudiant double diplômé au titre de la convention signée en 2017 entre l’ESB et son partenaire stratégique suisse.

En quoi a consisté ce double diplôme ingénieur/master franco-suisse dans le domaine de la construction bois ?

Réaliser ce double diplôme c’est d’abord une occasion unique de vivre des expériences à l’international.

Avec du recul, je peux dire que je n’ai passé que 3 semestres à Nantes. Je suis parti d’abord au Canada à Vancouver, faire une mobilité d’un semestre d’études.

J’ai ensuite rejoint Bienne en Suisse pour 4 semestres de septembre 2018 à aout 2020 où j’ai intégré le Master en technologie du bois option structures complexes

Les programmes de l’ESB et de BFH sont deux formations complémentaires. Elles permettent d’avoir un bagage scientifique et technologique important et une expérience de la filière qui permet de mieux comprendre les enjeux et de concevoir les réponses innovantes.

Quelles étaient vos motivations pour intégrer ce double diplôme ingénieur en construction bois ?

Je souhaitais aller plus loin dans la construction, notamment en design paramétrique et structures plus complexes.

Ce parcours m’a permis de découvrir un pays avec une forte culture bois et une expérience poussée et reconnue en construction bois.

Recommanderiez-vous ce double diplôme ingénieur / master en construction bois ?

Oui sans hésiter ! Il faut un intérêt poussé pour la technologie et la complexité des structures. J’ai eu l’occasion d’étudier par exemple, les structures du Centre Pompidou à Metz et du Bâtiment Swatch à Bienne.

Ce Double diplôme s’adresse à des personnes curieuses de vivre autre chose. On attend de vous que vous soyez autonome et rigoureux !

Nous étions 7 en cours, alors forcément cela modifie la relation avec les enseignants et le groupe qui fonctionne de manière très collaborative. Les étudiants étrangers en Master sont aussi plus âgés et il y a une charge de travail importante.

Qu’avez-vous appris sur vous ? Sur votre métier d’ingénieur construction ?

En Suisse, j’ai beaucoup travaillé en groupe sur de gros projets de plusieurs mois. Cela m’a appris la rigueur bien entendu mais j’ai également appris à utiliser des méthodes de créativité pour chercher les limites de la matière et proposer des solutions innovantes.

C’est ce qui est attendu d’un ingénieur bois, particulièrement en Suisse ou plus d’échanges entre ingénieurs et architectes sont possibles.

Quels sont vos projets professionnels maintenant en tant qu’ingénieur structure bois ?

Je recherche un poste d’ingénieur en bureau d’études bois en Suisse ou dans l’Est de la France avec l’envie de poser un peu mes valises.

Ce qui m‘intéresse c’est la conception ! J’aimerai travailler sur la conception de structures de grande portée avec la nécessité d’innover mais toujours au service d’un projet d’architecture.

Une anecdote pour finir ?

J’étais logé en colocation avec des brésiliens, et en cours toute la semaine avec des iraniens, allemands, suisses, paraguayens… on parlait toujours anglais.

Par conséquent, il a fallu réapprendre à mon retour le vocabulaire technique en français que je ne connaissais qu’en anglais !

  

Publié le 16-Fév-2022
Makers by nature